VEAU SOUS LA MERESIGNATURE DES ELEVEURSCADET_GOURMANDBOEUF LIMOUSIN/JUNIORBOEUF DE TRADITION BOUCHERELabel Rouge : Boeuf de Chalosse Le Label Rouge Boeuf de BazasLe Label Rouge Boeuf Blond d'AquitaineBlonde d'Aquitaine la Tradition RETOUR AU SOMMAIRE
- L'ELEVAGE DES BOVINS -

 
Etre éleveur inscrit en filière de qualité c’est d’abord se porter candidat à un examen :
    

la qualification de l’élevage.


La qualification de l’élevage
Un véritable examen de passage

Plusieurs matières sont au programme de l’examen. Un technicien habilité pour cette mission examiner l’exploitation, les conditions d’élevage et interroge l’éleveur sur les points suivants :
1. L’identification des bovins

"Vos attentes, nos Réponses"

Tous les bovins portent-ils bien leurs boucles et 

ont-ils bien leur carte d’identité ?

        


« L’organisme certificateur »
Chaque bovin est identifié à la naissance par un numéro unique à 10 chiffres qui l’identifie tout au long de sa vie. Ce numéro est reporté sur des boucles d’oreilles qu'il conserve toute sa vie. Ce numéro est également reporté sur le Passeport Bovin (ou D.A.B) sorte de carte d’identité de l'animal. Ce document le suit tout au long de sa carrière jusqu’à l’abattage.
2. Suivi sanitaire des bovins

Les traitements vétérinaires sont limités aux interventions strictement nécessaires au rétablissement de la bonne santé des bovins.

La traçabilité sanitaire :
Tous les traitements sont enregistrés sur un cahier sanitaire d’élevage. Les ordonnances et le cahier sanitaire sont conservés sur l’exploitation pendant 5 ans au minimum

3. L’alimentation des bovins
  Cette matières fait l’objet d’un chapitre spécial : L’alimentation des bovins*.
4. Le logement et le bien être des bovins
L’éleveur est attentif au bien être de ses bovins et met en œuvre les moyens nécessaires pour assurer leur confort et la propreté :
  • les bâtiments sont maintenus propres, suffisamment éclairés et aérés.
  • Les bovins disposent de suffisamment d’espace pour leur bien être : il n’y a pas de concurrence entre les animaux, chacun trouve sa place pour brouter, ruminer tranquillement.
  • Les bâtiments disposent d’une litière le plus souvent paillée.
  • Les bovins ont accès en permanence à de l’eau propre.
 

L’hiver les bovins rentrent à l’étable ou le passe à l’extérieur dans les prés profitant d’abris naturels ou artificiels.

5. L’environnement de l’élevage
 

L’éleveur respecte la réglementation en vigueur concernant les effluents d’élevage.


Les accès à son exploitation sont stabilisés.

La signature d'un contrat d'engagement
 Si l’examen est passé avec succès, l’éleveur signe un contrat avec le groupement qualité le liant à la filière qu’il a choisi. Dans ce contrat il s’engage à respecter le cahier des charges pour lequel il est qualifié.

 En cas de non conformité l’éleveur ne signe pas tout de suite le contrat, il doit d’abord apporter les corrections nécessaires.

Attention la qualification n’est pas définitive
 
L’élevage est contrôlé tous les ans par un technicien habilité et de façon inopinée par l’organisme certificateur. Son contrat peut être résilié à tout instant en cas de grave non conformité. La commercialisation des bovins en filière qualité est alors arrêtée.